Le show Le casting Les coulisses MISE EN SCENE
Historique Direction du Théâtre
Critiques presse La presse Les partenaires
Accès Avant/Après contact

HISTORIQUE : LE THÉÂTRE DU GYMNASE MARIE BELL

Construit en 1820 par les architectes Auguste Rougevin et de Guerchy, le théâtre conserve de cette époque l'aspect général et certains éléments de façade.
La salle, conçue par Louis Regnier, marquis de Guerchy, refaite en 1850, puis en 1880, n'a plus été modifiée depuis cette date (sauf quelques adjonctions de staff vers 1900).

Le plafond ancien, a été réalisé par les peintres Compan et Plumet.
Inauguré le 23 décembre de cette même année par Delestre-Poirson, le théâtre du Gymnase devait servir de lieu d'entraînement aux élèves du conservatoire, en n'y représentant d'abord que des pièces en un acte ou réduites à un seul acte.

Poirson fit rapidement jouer des pièces de deux actes, puis de trois, et fit un contrat exclusif à Eugène Scribe. Il fit installer l'éclairage au gaz dès 1823 et, par les bonnes grâces de la duchesse de Berry, le lieu s'enorgueillit en 1824 du titre de théâtre de Madame.

Fermé en juin 1830 pour rénovation, le théâtre reprit, après la Révolution de Juillet, le nom de Gymnase dramatique.

En 1844, Montigny en prend la direction, et pour attirer un public plus nombreux, abandonne peu à peu le répertoire de pièces morales et édifiantes pour favoriser le genre sentimental, plus en vogue, avec « situations compromettantes, turpitudes froides, effronteries calculées, sanglots et agonies ».
Les dramaturges s'appellent Balzac, Émile Augier, George Sand, Edmond About, Victorien Sardou, Octave Feuillet, Meilhac et Halévy, Alexandre Dumas père et fils.

En 1926, le dramaturge Henry Bernstein devient le directeur et y créé la plupart de ses œuvres les plus célèbres : Samson, La Rafaie, La Galerie des Glaces, Mélo, Le Bonheur ou encore Le Messager.

Puis, à partir de 1939, le Gymnase permet la création de nombreuses œuvres de Marcel Pagnol, Jean Cocteau, Marc-Gilbert Sauvajon, Sacha Guitry, Félicien Marceau et Jean Genet.

C’est en 1962 que la tragédienne Marie Bell en prend la direction ; elle y interprète notamment une Phèdre particulièrement marquante. Elle dirige le théâtre jusqu'à son décès le 15 août 1985.

Jacques Bertin, administrateur depuis 1975, lui a succédé. C’est également à cette période que le Théâtre du Gymnase porte le nom de la grande tragédienne Marie Bell.